Réflexions.

Le temps est le plus sage des conseillers, disait Périclès…

Nous vivons à une époque où l’art subit des métamorphoses, il vit et se crée avec son temps.
Il se révolte, il s’invente, il explique, il décompose, il compose, il choque, il bouleverse, il vit ou tente de le faire…
Depuis de nombreux mois, je regarde, j’observe, j’entends, j’analyse, je mûris toutes choses qui de près ou de loin sont en rapport avec l’Art…
Ma production artistique s’est transformée en réflexion. L’art – informel, lyrique, spontané et pulsionnel – était mon principal mode d’expression. A présent, cette manière de m’exprimer a fait place à des interrogations sur la manière d’envisager mes réalisations.
Mes déplacements, mes lectures, mes rencontres, mes réflexions me mènent à présent assurément dans un autre monde artistique. Les performances et réalisations des grands de l’Art contemporain ont littéralement bouleversé ma manière d’envisager l’Art et surtout la manière de le manifester.
L’Art contemporain n’est pas nommé de la sorte parce qu’il est de notre époque – comme le signifie à juste titre Nathalie Heinich dans son discours sur « l’Art contemporain, une révolution artistique ? » – mais bien parce qu’il se différencie de l’Art moderne. En effet l’Art contemporain se manifeste dès 1910 avec Marcel Duchamp et est reconnu comme tel dans les années 50.
Il n’est donc pas la production du troisième millénaire.
L’Art contemporain est essentiellement une « Idée » au sens large du terme, un « genre » et c’est cela qui le différencie du mouvement précédent.
Ses manifestations sont diverses : photos, peintures, performances, installations mais toutes visent des intérêts communs : signification, sens, interrogation, participation, raisonnement.
L’Art contemporain bouleverse les règles artistiques : il ne s’agit pas de faire du beau. L’esthétique, qui était le critère prédominant jusque qu’il y a peu, a été balayé : pour juger un travail d’art contemporain, le beau n’entre pas en ligne de compte. Les artistes ont cherché avant toute chose à rendre le spectateur perplexe, dubitatif, indécis, soucieux mais aussi participatif, comme précédemment cité.
Ce qui me plaît et me séduit dans l’Art contemporain, c’est son refus de règles, excepté l’exclusion !
Il interdit tout interdit, tout est possible…L’Art contemporain se dit conceptuel, c’est-à-dire que, partant d’un concept, on arrive à produire une sensation, quelle qu’elle soit !
Je suis à une étape charnière de ma vie artistique, je ne sais où me mènera ce nouveau mode d’expression auquel je suis extrêmement sensible, mais il est cependant certain que j’y adhère par la force de sa signification et par la liberté que ce mode d’expression procure.

Category(s): Infos

Comments are closed.